Sur la circulation en bal.(par Claude et patrick)

Quelques récents commentaires reposent le problème de la circulation en bal. D’aucuns réclament des règles et attendent un enseignement dans ce sens.

Des enseignants meublent leurs cours de longs discours sur la pratique du bal n’hésitant pas parfois à donner une image déformée des milongas de Buenos Aires ; leurs élèves ne semblent pas toujours en tirer profit.

Cessons de vouloir codifier, réglementer, régenter et pourquoi pas sévir puisque certains pensent qu’il existe déjà des DJ « policiers » dans les milongas de Buenos Aires.

Puisqu’il faut des règles, oui il y en a deux :

Une règle pratique : le sens de rotation du bal (le même dans les deux hémisphères) tout le monde connaît cette règle.

Une règle de comportement : le respect des autres (règle universelle) que tout le monde est censé connaître.

S’il s’avérait nécessaire d’écrire un règlement du bal, cela signifierait malheureusement que les milongas ne seraient plus des  lieux de plaisir et de détente mais des champs de bataille.

Claude et Patrick

3 comments on “Sur la circulation en bal.(par Claude et patrick)

  1. maeva on said:

    Eh bien !
    Ceci va peut-être conclure nos éternelles discussions sur les règles du bal ???
    ;-))))

  2. Daniel on said:

    Claude et Patrick ont écrit : « S’il s’avérait nécessaire d’écrire un règlement du bal, cela signifierait malheureusement que les milongas ne seraient plus des lieux de plaisir et de détente mais des champs de bataille. »
    Ba moi, je connais au moins une Miloga à Nantes ou entre 21h à 22h, c’est un peu le champ de bataille, on ne compte plus le coup de pieds pris par beaucoup d’entre nous sur cette piste.
    Il y a effectivement beaucoup de débutants qui ne connaissent pas encore les codes de bonne conduite ou certains pseudo avancés qui mettent en pratique les figures apprisent à leur dernier stage.
    Je pense également que si les milongas de Libertango ont cet évident succès, c’est parce que la musique y est dansable, mais aussi parce qu’on respect les codes du bien danser.(sans y penser)

    Merci à Libertango de nous avoir sauver les chevilles.

    S’il est vrai que des danseurs ayant plusieures années de pratique n’en ont plus besoins, je reste personnellement convaincu de la nécessité d’enseigner ces codes à nos débutants

  3. Daniel on said:

    Claude et Patrick ont écrit : « Cessons de vouloir codifier, réglementer, régenter et pourquoi pas sévir puisque certains pensent qu’il existe déjà des DJ « policiers » dans les milongas de Buenos Aires. »
    Pour répondre a ce qui précède, je ne pense qu’il existe des DJ policiers dans les milongas de Buenos Aires, j’ai seulement vue de mes yeux, au moins 2 milongas bien remplies de BA ou le DJ à arrêté la musique pour rappeler à l’ordre les danseurs qui ne respectaient pas les codes du bien danser, a savoir ne pas dépasser ses voisins à gauche ou à droite et dans toutes les directions, dans un bal Tango, généralement, tous les danseurs tournent dans le même sens mais également à la même vitesse.
    Un réglement etant par nature un code de bonne conduite pour ceux qui n’ont pas reçu une bonne éducation, si on ne veut pas de règlement, il faut donc procéder à l’enseignement de nos débutants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les balises HTML ne sont pas autorisés.