Confiance ( par Maeva)

CONFIANCE

Je pense que pour bien danser, il faut être dans un état d’esprit de confiance en soi et de confiance en son  danseur… 

Si on me fait la moindre réflexion négative, je suis si désarçonnée pour toute la soirée et que je peux ressentir un grand moment de solitude, de souffrance (aiiiiiiiie ) et de découragement…

Du coup, j’ai vraiment des jours « avec » et des jours « sans » car quand c’est mal parti, j’ai souvent du mal à me refaire confiance dans une même soirée…

Inversement, je peux me sentir renforcée dans mes compétences pas une ou 2 bonnes tandas dès le début du bal et alors je suis détendue « ne confiance » et ça se passe bien…

Le tango c’est dans la tête ! 

Pour finir ce petit message je vous offre un texte que j’ai  trouvé sur la présentation internet de l’université du Temps du Tango, qui aura lieu à Paris fin août  (qui y sera ?) :

« Le Tango est un sentiment qui se danse », mais les danseurs éprouvent chacun des sensations différentes.Cela débouche sur la création de différents styles, d’interprétations de la musique selon la personnalité des exécutants. Ce processus se produit une fois acquise l’étape d’apprentissage et s’obtient d’une façon presque « spirituelle » du danseur qui fusionne avec le tango , en trouvant le point d’union entre la sensation, le sentiment et l’émotion . Ce que l’on appelle communément, l’inspiration. Les coordonnées qui composent la danse se trouvent en harmonie : maîtrise du temps, l’espace, la musique et la qualité du mouvement. C’est cela la magie du Tango.

 Maeva

4 comments on “Confiance ( par Maeva)

  1. Daniel on said:

    Le tango, un sentiment qui se danse ??

    Personnellement, je dirais plutôt le contraire : une danse dans laquelle parfois un sentiment très fort se développe par la grâce de l’accord entre les deux partenaires.

    En tant qu’homme, je me trouve parfois confronté à une partenaire qui pense que le Tango est une gymnastique libre pour épater la galerie.

    Dans ces conditions, il ne se développe aucun sentiment sauf celui d’avoir envie de fuir dès que l’occasion se présentera.

    Il y a parfois, malheureusement, de bien jolies danseuses, qui génèrent un abrazzo triste et ennuyeux, pas convaincue d’avoir envie de danser.

    A l’opposé, il y a parfois quelques perles (rares) qui dès que l’abrazzo est formé avec une exquise délicatesse, génère un sentiment profond d’harmonie et de tendresse dès les premiers instants, quand en plus elle se laisse aller à suivre les propositions de son partenaire avec élégance, on ne peut que tomber raide amoureux de celle qui génère un tel bonheur, le nirvana du danseur de Tango Argentin.

    Après quand on a connu ce type de rencontre, on passe tout son temps libre à retrouver cet instant magique, certains parcourent la terre entière en direction de Tarbes ou de l’Amérique du Sud, d’autres deviennent fous, va falloir trouver un vaccin, sinon on est foutu !!

  2. Olivier on said:

    Tout à fait d’accord avec toi, chère Maeva, pour ce qui concerne la confiance en milonga. Les sens sont suffisamment en éveil pour que toute réflexion, aussi futile soit-elle, prenne des proportions considérables.

    La confiance en l’autre est la base même de la danse.
    Ou du moins la danse prend une autre dimension lorsque la confiance, lorsque la connection a pris possession du couple.

    Je comprends tout à fait ce que tu ressens. J’ai du mal aussi à gérer les remarques, la plupart du temps fondées, mais qui mettent à mal tout le travail en cours.
    Les remarques sont justifiées aux « pratiques ». En milonga, il faut privilégier l’instant, la fête, le plaisir. Chacun connaît ses défauts, et parfois il faut quelques tandas avant de se « régler ».

    Quant au vaccin, j’espère ne jamais avoir à me l’administrer…

    A bientôt

  3. Olivier on said:

    Sinon, dans la rubrique « rien à voir », un bruit court dans les Pyrénées qu’un milonguero, inventeur du fameux Tinoléum, serait passé maître dans l’art de faire la paëlla…

    Mais ce n’est qu’une rumeur…

  4. Maeva on said:

    Salut les garçons ! Je reviens de vacances et trouve vos commentaires que j’apprécie beaucoup bien sûr !
    Mais où sont donc les filles sur ce blog ????? Suis-je la seule à réagir (ou à le lire) ???
    A très bientôt à tous (et toutes ?)dans la rubrique « je raconte mes milongas de vacances » ;-)

Répondre à Maeva Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les balises HTML ne sont pas autorisés.